Assister l’inventivité des projets par les outils numériques

Dans une récente étude d’Accenture, 93% des cadres interrogés déclarent que l’innovation est essentielle au succès à long terme de leur entreprise. Dans ce même sondage, seulement 18 % estiment que les efforts d’innovation entrepris par leur organisation leur procure un réel avantage.

Au-delà du discours stratégique, la question posée est liée au « comment ? » décliner de façon pragmatique et efficiente l’innovation dans l’organisation. Dans ce long pipeline qui sépare l’identification du problème au succès de marché, ce sont souvent les phases amont qui posent question quant à leur efficience. Et force est de constater que l’entreprise peine à sortir du cercle vicieux habituel:

  1. Incitation à proposer des idées (en élargissant le cercle parfois hors l’entreprise)
  2. Collecte (numérique ou pas) de ces idées
  3. Tri (avec des filtres parfois contestables)
  4. Poursuite vers des développements (ou échecs dont on tire les enseignements)

Que l’on réfléchisse à l’échelle d’un individu, d’un groupe ou d’une entreprise, ce type d’activité créative se résume souvent a un exercice en vase clos (dont on tente d’élargir au maximum le rayon). La robustesse d’une telle activité pose alors question. Pourtant, nous sommes entrés depuis quelques décennies dans l’ère du numérique, de l’intelligence artificielle et des masses d’information en croissance exponentielle circulent librement sur le web. Des applications destinées à en faire usage sont nées (par exemple Watson est proposé désormais librement par IBM) mais si Watson se révèle être un allier dans le tertiaire (Banques et assurances) pour converser avec des utilisateurs, il n’apporte pour l’heure pas de réelle valeur ajoutée dans le contexte de l’invention appliqué aux R&D industrielles.

Les membres de la chaire abordent donc leur partenariat au travers des questions suivantes :

  • Comment aider l’entreprise et les acteurs de sa R&D à entrer en logique d’efficience concernant l’activité inventive ?
  • Quels usages imaginer pour la collecte, l’exploitation et la redistribution des masses d’informations résidentes sur l’internet vers les équipes projet ?
  • Quels outils inventer pour aider l’acteur de l’innovation dans l’entreprise dans son quotidien ?

La Chaire industrielle en Conception Inventive travaille depuis 2006 à la construction d’outils et de méthodes pour formaliser une telle activité dans les organisations. Elle alimente ses réflexions des théories existantes de l’innovation et de la conception (Par exemple la TRIZ) et fait le lien avec les dernières technologies de l’intelligence artificielle et de l’internet pour construire des prototypes logiciels prêts à être bêta-testés par nos partenaires/donateurs depuis nos serveurs.

En parallèle, la chaire a su créer un lien privilégier entre ses membres dont certains se côtoient depuis plus de 10 ans. Autant d’opportunités pour apprendre et développer les outils de demain sur les bases de nos expériences communes.